Les bals swing sont-ils vraiment chers ?

Les bals swing sont-ils vraiment chers ?

Festivals, workshops, pratiques et surtout bals swing : nombreuses sont les activités qui permettent aux danseurs et danseuses d’explorer le swing, en dehors des cours. Après tout, il s’agit d’une danse sociale ! Ces moments sont souvent proposés grâce à l’aide de bénévoles, dans un secteur d’activité soumis à une certaine précarité, composé d’artistes talentueux.ses. Par manque de connaissances quant à l’envers du décor de ces événements, il arrive que certain.e.s participant.e.s considèrent ces bals swing comme étant chers. 

Mais, est-ce vraiment le cas ?

Disclaimer : cet article a été réalisé avec les expériences de la scène parisienne, et dans le cadre de l’organisation de l’association Shake That Swing. Il est fort possible que cela soit différent dans d’autres régions et villes de France. 😉 

Viens, on lutte contre la FOMO ?

La FOMO, c’est quoi ? C’est cette peur de manquer, Fear of Missing Out. C’est elle qui nous pousse à vouloir être partout, tout le temps. Sauf que… ça peut vite devenir compliqué aussi bien financièrement que socialement. 

Nous vous invitons à déculpabiliser : nul.le n’a besoin de faire absolument tous les événements de swing pour apprécier pleinement cette culture musicale et dansée. Choisissez ce que vous pouvez faire, selon vos moyens, votre localisation et vos envies. Luttons contre cette FOMO (Fear Of Missing Out, la peur de manquer) ! 

Nos conseils  : 

  • Filmez vos cours et workshops. Prenez ensuite le temps de travailler les contenus chez vous ou avec vos acolytes du swing ! C’est un moyen efficace de progresser sans dépenser de sous. 
  • Choisissez des week-ends que vous dédiez au swing. Cela peut être une ou deux fois par mois, selon vos disponibilités ou vos moyens. Vous en profitez pour participer à des instants de danse sociale et écouter les groupes de jazz qui nous font danser ! Relisez d’ailleurs cet article dans lequel on vous raconte l’importance de mieux connaître la musicalité du swing. 
  • Ne faites pas tous les festivals ! Déjà, parce que c’est un vrai budget. Ensuite, parce que ce n’est pas nécessaire pour vivre le swing ! 
  • Préférez les événements qui participent à une meilleure diversité et inclusivité sur la scène swing. Profs racisé.e.s, DJ femmes, conférences engagées, etc. Renseignez-vous sur l’école que vous avez envie de soutenir, cela vous permettra de faire le tri. 🙂
  • Faites vous avant tout plaisir, sans que cela devienne une source d’anxiété et de culpabilité. 
Edwige, le soleil.

 

N’oubliez pas :

Dancing is about who you are, not what you are doing

Tyedrick et Viktor, pendant le Lindylicious 2022

Qui organise les bals swing ?

Loin d’atterrir dans vos événements Facebook comme par magie, les bals swing sont souvent organisés par des associations dédiées à la promotion du swing. Ces organisations sont composées presque exclusivement de bénévoles. 

Le jour J, si vous voyez des personnes remplir des carafes avec le sourire, c’est qu’il s’agit probablement de bénévoles. C’est la même chose pour l’installation, le rangement, l’organisation des compétitions, le vestiaire, l’entrée, etc. Tant de petites choses nécessaires pour vous assurer une soirée agréable. 

Mais, avant le bal swing, il faut… Trouver le lieu, le jazz band, le.a photographe, le.a MC (la personne qui anime la soirée au micro). Organiser les démos et les initiations. Communiquer sur l’événement, etc. Il y a tout un tas d’éléments logistiques et administratifs assurés par les équipes de ces associations de swing. 

Organiser un bal swing, c’est relever une série de défis !

Trouver un lieu adapté

Les bals swing sont souvent organisés le dimanche. Ce sont des jours creux pour des lieux assez grands et qui peuvent accueillir les lindy hoppeurs et leurs enthousiastes enjambées. Eh oui ! Un swing out prend plus de place qu’un gin & tonic debout, ou que des danseur.ses de boite de nuit.

En plus d’un espace suffisamment vaste, le défi – à Paris – est de trouver des lieux adaptés à la pratique du swing : sol adapté (un parquet et nos genoux nous remercient), un bon système sonore, bar, vestiaire, etc. Cela dit, il faut aussi savoir “vendre” le fait qu’une soirée swing est une soirée avec une consommation très faible d’alcool.

Je sais pas pour vous, mais faire des swing out avec 2 bières dans le ventre, c’est pas si évident

D’ailleurs, dans l’histoire des bals parisiens, plusieurs soirées gratuites ont disparu des agendas swing car les établissements ne rentraient pas dans leurs frais au niveau du bar. Tristesse pour nous !

Rentrer dans les frais engagés 

Spoiler alert : c’est quasiment impossible. Réserver une salle avec un sol adapté, payer les artistes correctement (jazz band, danseurs et danseuses, ingénieurs son et lumière, vidéaste et photographe), apporter le confort nécessaire aux artistes invité.e.s (boissons, repas, etc), garantir un nombre d’entrées vendues, etc. Tant d’éléments qui impliquent un investissement financier qui peut être difficile à honorer. 

Ainsi et la plupart du temps, un bal swing est organisé à perte ! Même lorsque l’entrée avoisine les 20€, ce qui peut paraître onéreux, l’association organisatrice doit régulièrement compléter les frais à la fin de la soirée (de quelques centaines à quelques milliers d’euros parfois !).

Qu’est-ce qui compose un bal swing ?

Au-delà des défis organisationnels, il y a des dizaines de personnes qui permettent de faire vivre ces temps de danse sociale. 

Astien, MC lors du bal swing du Wonder Follow 2021.

La technique

Certaines salles ont du matériel événementiel, d’autres non. Dans ce cas, il faut louer le matériel technique son et lumière et choisir ce qui est adapté au jazz. En général, c’est un.e régisseur.se qui s’occupera de cette partie-là. Il faut également bien choisir cette personne, si elle ne fait pas déjà partie du staff de la salle !

Le DJ

Nawelle et son funk, Leila et ses découvertes pépites, Rija et son sourire bienveillant, Thomas et sa fougue musicale, etc. Tant de personnes qui animent vos soirées avec plaisir et pour votre plaisir ! Certaines personnes sont rémunérées, d’autres non. Leur challenge, c’est de continuer à vous faire danser jusqu’au bout des soirées !

Le jazz band

Le jazz band tient une grande place dans le succès d’une soirée : sans musique, pas de danse. Sans musique adaptée aux danseur.se.s, galères assurées ! Le jazz band prend le temps de choisir ses sets, d’adapter les tempos pour éviter trop de fast ou trop de slow (dans l’idéal), d’apporter une énergie graduelle, d’embarquer les danseur.se.s avec elleux. Bref, c’est tout un travail de préparation sur lequel nous n’avons pas de visibilité. 

Dans un bal swing, les musicien.ne.s sont souvent très mal payé.e.s. Pour valoriser les artistes et leur travail indispensable, Shake That Swing a fait le choix – depuis ces 2-3 dernières années – d’augmenter le budget alloué aux musiciens (expliquant en partie la hausse du prix des bals de quelques euros).

Les profs

Initiations et organisation des démos, les profs sont là pour accompagner les élèves et futur.e.s élèves dans la découverte et la performance swing. 

Les démos et compétitions

Un bal swing est-il vraiment un bal swing sans une démo ? Bon, ok, ça l’est. Mais quand on a une démo, ça rajoute un truc chouette à vivre : des artistes de talents, des moves de folie ou, l’occasion pour les élèves d’exprimer ce qu’iels ont appris tout au long de l’année. 
Les compétitions ne sont pas systématiques. Cela dit, elles sont aussi l’occasion de faire vivre une autre pratique du swing. Elles sont en général encadrées par des bénévoles et jugées par les enseignant.e.s (elleux aussi bénévoles).

Les images

C’est toujours chouette de découvrir son visage enjoué grâce aux photographies et vidéos prises pendant les bals swing. Ça marque ces moments de partage et d’expression, si emblématiques de la scène swing. Derrière ces images captées qui vous offrent de beaux souvenirs, il y a une (ou plusieurs) personnes à rémunérer. 
L’info en plus :outre le choix de ces personnes par rapport à leurs talents et/ou compétences, chez Shake That Swing, nous faisons attention à soutenir des artistes qui sont aligné.e.s avec nos valeurs anti-racistes et anti-sexistes. 

Souvenir du bal du 9 juillet 2022 avec Cédric.

Un bal swing vs. un samedi soir sans swing 

Je vous propose un truc : comparer les dépenses liées à une soirée de swing et celles d’un samedi soir sans swing (j’entends pas là, aller dans un bar, en boîte, au cinéma, etc). Qu’est-ce que ça donne ? 

De mon côté, je l’ai fait. Attention : je parle de mon prisme de personne blanche vivant dans un quartier central de Paris. 
Première constatation : je dépense davantage de sous-sous quand je fais la fête hors swing. Entre les boissons, la nourriture, le retour pas toujours en vélo, l’addition devient vite élevée. Dans ce contexte, j’estime mes dépenses à une cinquantaine d’euros.
Pour une soirée cinéma, je vais payer 14€ et éventuellement un verre avant ou après. Ce qui, à Paris, revient à une vingtaine d’euros, voire un peu plus. 
Tandis que pour une soirée swing, je paye l’entrée environ 20€ et éventuellement un verre à 8€. Vu que je ne consomme que très peu (voire pas du tout) d’alcool, je rentre à vélo. Nous arrivons à moins de 30€. Quasiment deux fois moins d’une soirée “lambda” !

Pour rappel : aller en bal swing, c’est aussi profiter d’un concert en live

Au-delà des dépenses, c’est vivre un moment unique

Ressentir les vibrations d’un solo de Mathieu Najean, se laisser emporter par la ferveur musicale, lancer une jam ultra expressive, se lover dans les bras de son/sa partenaire pendant un slow lindy, rires aux éclats avec celleux qui nous entourent, être presque en transe sur son morceau préféré, laisser nos jambes nous guider à la fin de la soirée, etc. Tant de moments si caractéristiques des bals swing et qui participent à faire vivre le jazz. Tant de moments qui peuvent aussi nous rappeler pourquoi le swing est né

J’vous propose un petit défi : juste après votre prochain bal swing, notez tout ce qui fait de votre soirée, une belle soirée. Notez aussi ce qui vous fait regretter d’avoir dépensé le prix d’une entrée à ce bal swing. Comparez. Constatez. 🙂

Vers une pérennité des bals swing ?

Les bals swing sont les moments de danse indispensables à la scène swing. C’est grâce à ces événements que l’on peut tâter l’essence même du swing : celle des rencontres sociales et de l’expressivité. 

Il est important de penser à une pérennisation de ces événements. Toutefois, cela ne pourra se faire sans une évolution des investissements. Chaque personne qui organise le bal swing ne peut pas être bénévole tout le temps. Chaque artiste doit être correctement payé. Chaque organisateur doit aussi percevoir une rémunération pour le temps d’organisation (chez Shake That Swing, les bals swing sont organisés bénévolement !). 

Vous souhaitez participer à cette pérennisation des bals swing ? 
Voici nos propositions : 

  • Si vous pouvez payer plus, pensez à faire un don !
  • Rejoindre la team des membres actifs de STS ou bien les équipes bénévoles d’une autre association, pour soulager les organisateurices. 
  • Si le bal est gratuit ou à un tarif peu élevé, pensez à consommer sur place afin que l’établissement poursuive sa collaboration avec l’organisateur. 

Bon, au final : où va le prix de votre entrée dans l’organisation du bal swing ?

Afin que cela devienne encore plus concret pour vous, voici ce que votre entrée au bal swing finance : 

Et tout cela, c’est quand les équipes organisatrices sont bénévoles. 🙂